top of page

Prise de conscience à Val-des-Monts

À Val-des-Monts, il y a beaucoup de petites montagnes de 30 à 60 mètres très près les unes des autres. Les journées où le vent est calme et orienté vers la montage faisaient en sorte que la fumée du poêle à bois ne passait pas par dessus la montagne juste à côté. La maison était littéralement enveloppée de fumée, qui s'infiltrait assez lentement pour que nous n'en soyons pas vraiment conscients. Je suis devenu tellement intolérant à la fumée de ce type, y compris celle des feux de camp, que je toussais au moindre soupçon de son odeur, jusqu'à ce que je déménage.



Je demeurais dans un secteur où les terrains étaient de plus de 5 acres et la pollution qui en résultait a eu un impact sur ma santé. Les poêles à bois en ville aggravent le problème.


Pour moi, il n'y a rien de nostalgique dans l'odeur des poêles à bois, qui me rappellerait le bon vieux temps. Maintenant, cette odeur me rappelle qu'on s'empoisonne à petit feu.


-Gilles Girard

Comments


bottom of page